Rayonnement cosmique à tous les étages (3)

Suite de la folle histoire de chasse aux rayons cosmiques à partir de pots de cornichons. Aujourd’hui la montgolfière de la Région Rhône Alpes s’en mêle.  Les trois aventuriers : l’astrophysicien Thierry Stolarczyck du CEA de Saclay, l’artiste Laurent Mulot, et le  directeur du planétarium de vaux-en-Velin, Simon Meyer, ont emmené les amateurs de sciences dans les nuages, pour mesurer la radioactivité.

Pour rappel,  le planétarium de Vaux-en-Velin invite depuis plusieurs semaines une dizaine de familles à refaire l’expérience de 1912 lors de laquelle fût découverte l’existence d’une radioactivité spatiale.

Cela fait plusieurs semaines que les uns et les autres, à l’aide d’électroscopes faits maison mesure la radioactivité au sol. Ces jours-ci, il s’agit de s’élever en altitude pour voir ce qui se passe. Plus ou moins de radioactivité ?

L’idée est ainsi née de mettre tout le monde en montgolfière (comme ce fut le cas en 1912 avec Victor Hess qui s’envola en ballon pour faire ses mesures)

Le blog de Laurent Mulot

Pour nos apprentis scientifiques, le vol s’est déroulé le  23 mai à bord de la montgolfière de la région Rhône Alpes depuis Châtillon-sur-Chalaronne dans l’Ain à 45 minutes au nord de Lyon à partir de  la base d’envol d’Air Petit Prince. De la fin de la journée jusqu’au crépuscule, les bocaux de cornichons transformés en électroscopes ont été observés par les participants de l’opération Rayonnement Cosmique à tous les Etages, et entre autres donc, Thierry Stolarczyck, le maître es recherche de cette opération, que l’on entend commenter le mouvement des lamelles dans le bocal. A presque un kilomètre d’altitude, le rayonnement n’est plus le même que sur le plancher des vaches. La preuve par le son, capté par l’artiste Laurent Mulot (qui fera de toutes ses observations d’observateurs de radioactivité une proposition artistique à la rentrée).

      TAC_2_6_MONGOLFIERE_RCTLE--NET_efd4a502-1dba-4dc1-a467-ee6110b8ce4c

Il faudrait donc maintenant faire un vol à plus de 4000 mètres, en avion, pour mesurer le rayonnement cosmique en tant que tel.

Suivre l’histoire aussi ici, avec le blog tenu par Laurent Mulot >>

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *