Muscle ton jeu blondie !

Ou comment la science a sauvé mes soirées foot quand tout le monde me prenait pour une quiche

[youtube]https://www.youtube.com/watch?v=xNrB2brPjYA&feature=kp[/youtube]

 

21h Dimanche soir, comme les 16 autres millions de téléspectateurs installés confortablement devant France-Honduras en direct de Porto Allegre, je peux enfin regarder un match de foot sans rougir. Je n’ai plus honte de demander pour la énième fois d’un air inspiré : « Mais finalement, qu’est-ce qui distingue le corner d’une touche ? » ou encore : « Tu pourrais me réexpliquer les règles du hors-jeu ? » Car désormais, lorsque je regarde les joueurs de football déambuler sur le terrain, je ne pense plus à mon tricot qui n’avance pas ou à la meilleure recette de blanquette pour dimanche prochain. Non, désormais, grâce au physiologiste et directeur de l’institut de recherche biomédicale et d’épidémiologie du sport Jean-François Toussaint et au mathématicien Julien Guyon, je les vois autrement les sportifs !

Quand j’entends : « Et but de Benzema!!! Très bien frappé de la part de l’attaquant madrilène », je sens l’occasion de briller. Aussi maline que Paul le poulpe (il aurait prédit la victoire de l’Espagne lors de la dernière coupe du monde), il est enfin l’heure pour moi de marquer mon but et de répondre : « Oui, Benzema a été très bon, oui, et c’est sûrement parce qu’il a bien respecté son temps de récupération en laissant 3 semaines entre la finale de la ligue des champions le 24 mai dernier et le début de la coupe du monde, sûrement aussi qu’il s’est bien hydraté avant de rentrer sur le terrain. Il a certainement également un bon métabolisme qui le rend nettement plus performant. Car selon Jean-François Toussaint « on sait qu’il va y avoir une perte de performance à partir de 32° en particulier pour le sprint. On le mesure sur le nombre de distance parcourue au cours d’un match à vitesse maximale. »

Et encore un joueur blessé sur la surface…

« Benzema…Evra… Matuidi…on fait tourner le ballon durant ces dernières minutes pour éviter la blessure des derniers contacts, parce qu’il y en a quand même eu pas mal pendant ce match. Il faut chercher à éviter les prises de risque » nous commente le séduisant basque Bixente Lizarazu, champion du monde 1998.  Sursaut dans mon canapé ! Car toujours selon le physiologiste Jean-François Toussaint, le taux de blessures des footballers en période de coupe du monde serait de une par mi-temps, et concernerait surtout les membres inférieurs, pied, cheville, mollet, genou…D’ailleurs, selon une étude récente réalisée sur d’anciens joueurs professionnels de 30 à 49 ans, entre 40 et 80% d’entre eux souffrent d’arthrose du genou, contre 15 à 25% de la population générale !! ». Et selon un professeur de biomécanique allemand de l’Université de  l’Université de Duisburg-Essen, « il y a en moyenne dans les meilleures équipes entre 20 et 30% des joueurs blessés ». On se rappelle toutes du pauvre Zinedine Zidane blessé pendant la coupe du monde 2002. Cette année, c’est Ribery qui en a fait les frais en déclarant forfait à la dernière minute pour problèmes de dos…

22h08 2e but de Benzema. « L’action est belle côté français, qu’est-ce que c’est ? Y’a pas but, y’a but ? » Hurlements dans les gradins, la tension monte, les corps s’échauffent, volonté évidente de s’identifier à l’équipe qu’on soutient et risques d’accidents graves. « Et bien c’est normal ! », pourrez-vous rajouter, car selon une enquête réalisée dans la ville allemande de Munich, « les admissions hospitalières pendant le Mondial 2006 ont augmenté de 266% les jours où la Mannschaft jouait » !! « Quand on regarde le nombre d’accidents cardiaques quotidiens sur les années 2003-2004-2005, nous explique Jean-François Toussaint, on voit que le taux pendant chaque match de l’équipe d’Allemagne a doublé en 2006 ! Cette recrudescence des accidents cardiovasculaires est liée à l’engouement de l’ensemble de la population et est associée au taux de soutien qu’on va apporter à son équipe. Plus vous êtes supporter, plus vous allez sécréter de testostérone et de cortisol, mesure qui a été faite pendant ces matchs de la coupe du monde avec l’Espagne ». Sans oublier les suicides, les accidents de la route liés à l’utilisation du téléphone portable, les taux d’alcoolisation excessive et l’augmentation des violences conjugales.

Dernier conseil pour ne plus passer pour une courge (et vous en êtes déjà loin !) 

« Et 1, et 2 et 3 zéro ! », la France revit face aux Honduras son heure de gloire de 1998. Pourtant, vous entendez parmi les supporters qui vous entourent : « ouais enfin, le Honduras, ce n’est pas le Brésil. Et on ne peut pas dire que la France ait hérité du groupe le plus compliqué. Suisse, Honduras et Equateur. Où sont les cadors ? ». Lorsqu’on criera au scandale « de toute façon, tout est truqué dans ces matchs, c’est une honte, des années que la FIFA fait son tirage au sort dans son coin et que l’on manque cruellement d’équité », calmez les esprits ! Le mathématicien et polytechnicien Julien Guyon vous sortira encore d’un mauvais pas.

Il a en effet proposé un nouveau système de tirage au sort révolutionnaire bien plus juste. En gros, vous prenez 4 pots de 8 équipes et il vous tricote une infinité de matchs possibles entre équipes de secteurs géographiques et de performances beaucoup plus équitables. Mais cette fois ci, comme c’est vraiment très technique, je vous conseille d’aller lire les détails de sa proposition sur ces sites : Le mondeSo Foot et l’Express.

23h Fin du match. Alors si avant pour vous le football se limitait à cette citation de Pierre Desproges : « Quel sport est plus laid, plus balourd et moins gracieux que le football ? Quelle harmonie, quelle élégance l’esthète de base pourrait-il bien découvrir dans les trottinements patauds de vingt-deux handicapés velus qui poussent des balles comme on pousse un étron, en ahanant des râles vulgaires de bœufs éteints. » Nous espérons désormais que cette coupe du monde deviendra pour vous un véritable régal scientifique et l’occasion de briller dans une ambiance testostérone !

Pour compléter votre bagage scientifico-footballistique, quelques liens indispensables :

Le club des tête au carré du 13/06 avec Jean-François Toussaint.
Doc Gyneco et son passement de jambe pour rythmer vos lectures.
Le Brazuca, le ballon cubique de la coupe du monde un très bon article sur le blog d’ Étienne Ghys

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *