Connexion permanente, décodage ludique, enthousiasme critique et curiosité multiforme : bienvenue sur Antibuzz !

Retour

« Embedded Multimedia », quand le journalisme prend son temps

le 23 mai 2013 par

La publication par le New-York Times, le 20 décembre 2012, de Snow Fall, fut un événement. Pensez donc : à l’heure de l’information en temps réel, des articles courts à faible valeur ajoutée et des notifications « push » sur mobile, le journal américain proposait un petit joyau. Un article titanesque, séparé en 6 chapitres, et portant sur un sujet même pas « dans l’actu » : l’histoire d’un groupe de skieurs qui, l’hiver précédent, avaient été pris dans une gigantesque avalanche à Tunnel Creek, dans l’état de Washington.

bandeau_snow_fall

Si Snow Fall a défrayé la chronique, c’est notamment par ses dimensions considérables. Entre les dizaines de milliers de signes de l’article central, les vidéos, les sons, les animations et infographies, les grandes photos, il faut au moins une heure pour faire le tour du propos. Une heure, sur Internet, c’est deux ou trois éternités. Et pourtant, ça fonctionne. Remarquablement bien écrit, Snow Fall est aussi conçu très intelligemment : tout est fait pour que le lecteur ne sorte jamais du flow, pour que les différents médias s’enchaînent de manière cohérente et opportune.

Du point de vue de la production aussi, Snow Fall est hors normes : 6 mois de reportage, une équipe de 17 personnes mobilisée… et un indéniable succès d’audience, puisque plus de 3 millions de visiteurs se sont connectés à ce récit multimédia. Tout ça pour un coût qu’on imagine à la mesure du projet, c’est-à-dire hors d’atteinte d’un site d’info lambda.

Bref, on pourrait penser que Snow Fall est un « One Shot », un coup de pub pour le New-York Times, tellement loin de tout ce qui se fait habituellement en matière de journalisme sur le web qu’il serait impossible à reproduire ailleurs. Il n’en est rien.

FLYPEn 2008, déjà, une startup nommée Flyp Media avait proposé un format tentant de réunir le rythme des articles de magazine et la force du multimédia sur le web. Après quelques numéros splendides et passionnants, l’entreprise, incapable de trouver un modèle économique, avait néanmoins dû stopper son activité. Mais depuis l’été dernier, des sites de presse aux reins plus solides et à l’audience plus développée s’essaient eux aussi à ce mélange. Snow Fall n’est d’ailleurs pas le premier article du genre, et la vague de l’Embedded Multimedia (ressources multimédia insérées au fil de l’article), après avoir conquis les États-Unis, a même tout récemment traversé l’Atlantique pour arriver en France (MaJ : et aussi au Royaume-Uni !).

Tenez, j’ai réuni quelques-unes de ces initiatives dans une petite carte ci-dessous, vous n’avez qu’à cliquer sur le signe « lecture », en haut à droite, pour voir comment cette tendance s’est répandue.

Chacune de ces tentatives a ses spécificités, mais elles témoignent toutes d’un renouveau d’intérêt de la presse pour le récit multimédia. Oui, oui, multimédia, comme à la grande époque des CD-Rom. Sauf que depuis, nos ordinateurs se sont musclés et nos connections Internet ont gagné en débit, nous permettant de regarder des vidéos et d’écouter du son en HD, de charger des sites Internet complexes en quelques instants, tout en nous passant de support physique… Bref : de nous plonger facilement dans une expérience narrative de haute qualité. Et donc, de prendre notre temps pour la vivre, façon Slow Web.

Allez, prenez-moi au mot et faites votre sélection à lire plus tard dans la liste ci-dessous, je vous ai mâché le travail en vous écrivant de petits résumés.

Ces huit exemples (bien sûr, la liste n’est pas exhaustive) permettent de dégager quelques règles d’or nécessaires à la conception d’un bon article enrichi au multimédia :

* Il doit être multiplateformes : il faut qu’il soit lisible au moins sur ordinateurs ET sur tablettes (voire sur smartphones). Cela veut dire qu’il ne doit pas avoir été conçu avec des logiciels comme Flash (pourtant bien utile pour faire de jolies choses sur le Net, mais incompatible avec les tablettes Apple), mais plutôt avec des langages de programmation que la plupart des navigateurs savent interpréter : HTML, Javascript…

* Il doit être conçu en « responsive design » : s’afficher sur un iPad, c’est bien mais pas suffisant, il faut aussi être capable d’adapter automatiquement la mise en page, la disposition des photos et la taille de la police de caractère à l’écran qu’on occupe.

* Tous les médias doivent être de grande qualité. Pendant longtemps, sur les sites d’info, on a vu de la vidéo tournée à l’arrache, du son pris avec des moufles, des photos qui semblaient sortir d’Instagram (avec le filtre « pochtron » activé). Ça peut se défendre pour traiter l’info « chaude », dans l’urgence, mais ça n’est plus acceptable dans un article qui prétend proposer une vraie expérience au lecteur et l’encourager à prendre son temps.

* Le sujet raconté doit être particulièrement fort. Six de ces huit exemples sont des portraits ou des récits tournant autour d’un personnage principal, et dans les deux autres les protagonistes sont mis en avant dans la structure même de l’article. C’est tout sauf un hasard : quand on veut raconter une bonne histoire, c’est plus facile avec des héros. Et ces articles longs et très écrits se rapprochent, sinon de la fiction, au moins de la littérature, dont ils reprennent beaucoup de codes.

* Ce sont des articles, et en tant que tels, ils conservent une structure narrative linéaire. Au contraire, par exemple, des webdocumentaires, qui sont de vrais objets interactifs et ont tendance à proposer à l’utilisateur une narration délinéarisée, nous sommes ici face à une forme parfaitement jalonnée, avec un début, un milieu et une fin. Le lecteur ne doit pas avoir à se creuser la tête pour comprendre « comment ça marche ».

On remarque que toutes ces règles ont une chose en commun : elles sont utiles pour toucher un public le plus large possible. En effet, produire ce genre d’article coûte cher : il faut payer des journalistes, mais aussi des développeurs – du moins tant que les sites d’info n’auront pas développé d’outils pour en automatiser la production. L’opération ne pourra être rentable que si elle permet de séduire un grand nombre de lecteurs et de les fidéliser.

Alors on peut se demander si, demain, nous allons assister sur tous les sites d’info à une floraison de ce type d’articles « nativement multimédia ». A l’heure où les rédactions web se livrent une course à la quantité pour remonter dans les moteurs de recherche, bâtonnant des dépêches à la pelle (c’est-à-dire produisant des articles rapidement en réécrivant plus ou moins ce qu’on lit sur le fil de l’AFP), c’est pas gagné gagné.

Mais cette tendance à l’info « en temps réel », à la qualité discutable, pourrait ne pas durer. Parce que les journalistes qui la produisent commencent à se lasser de supporter des cadences infernales et de ne jamais sortir du bureau. Après eux pourrait venir le tour du public, qui pourrait souhaiter retrouver sur le net la qualité d’écriture et de travail d’enquête qu’il plébiscite en achetant des ouvrages comme la revue XXI. Parce que bien sûr, le papier, c’est bien, mais sur Internet aussi, un autre journalisme est possible. Promis.

En attendant, les sites d’info peuvent toujours prendre exemple sur la Maison Blanche. Bluffée par l’expérience Snow Fall, l’équipe de com’ de Barrack Obama s’en est inspirée pour produire un magnifique « Embedded multimedia » en faveur du contrôle des armes à feu aux États-Unis. Histoire donner envie aux citoyens de prendre le temps… de se pencher sur la question.

Be Sociable, Share!
Image par défaut
Background
10 COMMENTAIRES
  1. monasterolo
    24/05/2013

    Franchement Florent, considérer toutes ces expériences citées en exemples comme nouvelles est un peu douteux. Je peux te montrer 20 exemples de webdocumentaires (linéaires, car un webdoc c’est souventl linéaire) qui adoptent à peu près la même structure, et encore plein d’autres formats exactement équivalents qui existent depuis des années sur de multiples support de presse ou ailleurs
    Par ailleurs, point par point, la moitié des exemples que tu cites ne sont pas responsive (le responsive tue le design, c’est bien connu). Ils sont souvent illisibles (snowfall monstrueusement pesant, entre autre).
    Et enfin, cet autre journalisme qui est possible, ce sont les limitations des journalistes qui ont fait qu’il est n’a pas été possible jusqu’à présent. Les non-journalistes (comme ton serviteur) s’escriment depuis des années à faire valoir ces formats dans l’indifférence quasi générale…
    D’ou une certaine irritation à constater l’extase actuelle…
    La bise anyway :-)

    • 24/05/2013

      Ah Bernard, je sens bien poindre dans ton commentaire la saine colère du DA qui se bouge depuis des années au Monde.fr pour inventer de nouveaux formats et est agacé de ne pas en recueillir plus de louanges. Ne t’inquiète pas, moi, je sais bien que tu fais un super boulot !
      Néanmoins, j’ai l’impression que ton ire occulte un peu ton jugement. Bien sur qu’il y a déjà eu plein de webdocs linéaires très efficaces, bien sur qu’en soi, l’article multimédia n’est pas une nouveauté (tu auras remarqué que je parle de Flyp Media qui, il y a 5 ans, étaient vraiment en avance). Mais on ne peut pas nier la tendance qui, depuis quelques mois (et avant Snow Fall, si tu as bien lu mon article – moi aussi, j’ai un peu été échaudé par le buée autour de cette prod-la), consiste a produire des objets centrés d’abord sur le texte (a contrario des webdocs), mais proposant des ressources multimédia remarquablement intégrées au fil de la lecture.
      Pour ta remarque sur le responsive, permets-moi de ne pas être d’accord non plus. J’ai testé ces 8 exemples sur PC, iPad et iPad mini, et je peux te confirmer que le design s’adapte a chaque écran. Je ne dis pas que c’est parfait, mais c’est un début !
      Pour finir, je te rejoins parfaitement sur ta dernière remarque : la lente évolution des formats de la presse, c’est d’abord de la faute des journalistes, qui ne se penchent pas assez sur les questions de R&D éditoriale. Heureusement, dans les redacs, il y a aussi des gens comme toi ! ;-)

  2. Estelle Faure
    24/05/2013

    Bravo pour cet article et ce tour d’horizon! Si cela vous intéresse, les étudiants en multimédia et presse écrite du CFJ (dont je fais partie) lancent la semaine prochaine un site de slow info, du reportage multimédia.
    Si vous souhaitez assister à notre lancement, nous serions ravis de vous accueillir et vous montrer notre travail.
    Toutes les infos ici > http://www.lequatreheures.com et sur Twitter @LeQuatreH
    Merci et bonne journée!

Laissez un commentaire
LAISSER UN COMMENTAIRE

  • (requis)
  • (ne sera pas publié) (requis)

Retour en haut